Apprendre les verbes et la conjugaison française

Apprendre les verbes et la conjugaison française

Publié le 10.07.2019, par Jean-Luc | categorie Apprendre le Français

Quand on demande aux personnes qui apprennent le français quels sont les points les plus difficiles pour eux, beaucoup d’entre elles évoquent la prononciation ou la production orale. La majorité répond pourtant que le problème principal reste la grammaire et, plus précisément, la conjugaison. Mais qu’est-ce qui rend cette pratique si difficile ? Existe-t-il des procédés mnémotechniques et des outils à utiliser pour faciliter l’apprentissage des temps verbaux ? Quelles différences peut-on remarquer entre le français et les autres langues européennes dans ce domaine ?

Prendre un bon départ est essentiel

D’abord, tu as appris qu’il existe trois groupes de verbes en français. Le premier groupe englobe les verbes en -er sauf le verbe aller, le deuxième groupe désigne ceux qui se terminent par -ir avec un participe présent en -issant (choisir, finir, fleurir, …) Quant au troisième groupe, il comprend tous les autres verbes (aller, prendre, dormir, entendre,…).Dès lors, utiliser un guide de conjugaison française doit devenir pour toi un réflexe car il n’est pas possible de connaître sur le bout des doigts toutes les formes verbales existantes. Les locuteurs natifs s’y perdent eux-mêmes et doivent faire appel à une grammaire de référence pour lever un doute sur l’orthographe d’un verbe difficile. La plupart du temps, l’apprentissage de la conjugaison se limite à la lecture et à l’acquisition d’une leçon. Viennent ensuite des exercices d’application et de systématisation qui permettent d’évaluer ses compétences. Mais le plus dur reste à faire : utiliser ces verbes à l’oral. Exprimer un point de vue au subjonctif, mener un récit en alternant le passé composé et l’imparfait ou présenter un projet au futur simple sont autant de tâches qui prouvent que tu maîtrises bien ces temps verbaux. Les difficultés ne manquent pas et il ne faut pas toujours chercher une explication logique ! Par exemple, on écrit il défend avec un d final (verbe défendre) mais il peint avec un t final (verbe peindre)

Procédés mnémotechniques et supports d’apprentissage

Bien sûr, tu peux retenir que le verbe mourir ne prend qu’un seul R parce qu’« on ne meurt qu’une fois » mais cela concerne l’infinitif du verbe et non les formes conjuguées ! Pour la terminaison des participes passés, le meilleur procédé consiste à se demander quel est l’adjectif féminin correspondant. On écrit « j’ai réduit«  parce que l’adjectif correspondant est le mot « réduite », « j’ai pris » parce que le féminin de l’adjectif est « prise », etc. Les difficultés sont souvent liées à l’orthographe des verbes. Le verbe « être » possède, par exemple, trente-deux formes écrites différentes ! Mais il y a aussi des verbes comme « courir » qui ont une prononciation semblable même avec des pronoms personnels différents (je cours, il court, ils courent)

« Si j’aurais su, j’aurais pas venu !» Tous les Français connaissent cette réplique. C’est une phrase extraite de La Guerre des boutons, un film inspiré du livre de Louis Pergaud. Un jeune garçon, Petit Gibus, ne cesse de la répéter dès qu’il rencontre un problème. C’est pourquoi les écoliers apprennent en classe que « les Si n’aiment pas les rais » pour mémoriser le fait que le mot si n’est jamais suivi immédiatement du conditionnel. La forme correcte est donc : « Si j’avais su, je ne serais jamais venu. »

Devenir, revenir, monter, rester, sortir, venir, aller, naître, descendre, entrer, rentrer, tomber, retourner, arriver, mourir, partir. Ces verbes évoquent quelque chose pour toi ? Ce sont bien sûr les seize verbes qui se conjuguent avec l’auxiliaire « être« . Pour n’en oublier aucun, pense à la phrase : Dr et Mrs Vandertramp. C’est un truc mnémotechnique qui reprend la première lettre de chaque verbe (Devenir, Revenir, Monter, Rester,…)

Il vaut mieux respecter une progression dans l’apprentissage des temps verbaux. L’ordre le plus fréquent est le suivant : présent/futur proche/passé récent/passé composé/futur simple/imparfait/conditionnel présent et passé. Viennent ensuite le plus-que-parfait, le subjonctif ou le passé simple. Concernant le mode indicatif, tu sais qu’il existe quatre temps simples et quatre temps composés. Mais qu’est-ce qu’un mode et comment se rappeler le nom de tous les modes ? Un mode est une façon de considérer l’action désignée par le verbe. Une action, un fait ou un état peuvent être réels, probables ou imaginaires. Ainsi, le subjonctif peut-il faire référence à une volonté, à un désir, à un jugement, à un sentiment, … Pour mémoriser les modes, il faut se rappeler que les trois premiers commencent de la même façon (infinitif, indicatif, impératif). Conditionnel, participe, subjonctif et gérondif sont les quatre autres.

Quels outils utiliser pour mémoriser les conjugaisons ? Les traditionnels tableaux ont toujours la cote chez certains. Pour ceux qui préfèrent dessiner et écrire, les cartes mentales ou cartes heuristiques sont une bonne alternative. Elles sont colorées, vivantes et personnalisées. Leur forme en arbre ou en étoile est idéale pour représenter les désinences ou les différentes valeurs des temps. Si tu préfères les fiches, n’hésite pas : c’est un autre moyen efficace de réviser. Pour les verbes à connaître, les professeurs du Centre International d’Antibes te fourniront un guide grammatical mais tu peux également trouver une liste des cent verbes les plus fréquents. Pour apprendre les verbes irréguliers français (aller, devoir, s’asseoir, essayer, paraître, venir, faire, …), le plus simple est également de les apprendre à ton propre rythme.

La conjugaison française et les autres langues

En anglais, le présent continu se construit de façon différente. Le français, lui, n’utilise pas l’auxiliaire « être » et le participe présent. Quant au prétérit, il peut correspondre à la fois au passé simple français, à l’imparfait ou au passé composé. Mais c’est surtout pour le futur que les structures sont différentes. Les Anglais peuvent dire : « When I am rich, I’ll buy a big house » alors que le français requiert l’emploi du futur simple.

En ce qui concerne l’italien, il utilise davantage le subjonctif que le français. L’imparfait du subjonctif (qui est fort peu pratiqué par les habitants de l’Hexagone !) est fréquemment employé à la place de l’imparfait de l’indicatif dans les phrases hypothétiques. Les Espagnols, eux aussi, utilisent certains temps de façon différente. Le passé simple, qui a plutôt un usage littéraire dans la langue de Molière, est employé dans la langue de Cervantes pour des actions qui se sont déroulées à un moment donné et qui sont terminées au moment où l’on parle. Enfin, étant donné qu’il existe des verbes irréguliers, c’est certainement le passé composé français qui se rapproche le plus de ce passé simple.

Publié le 10.07.2019, par Jean-Luc | categorie Apprendre le Français
CIA
eleifend ut libero neque. luctus Curabitur